Accéder au contenu principal

Conclusion: la rupture démocratique

Gagner une majorité de personnes députées, former un gouvernement, c'est là un des objectifs de QS. Mais ce ne peut pas être le seul, car en même temps, comme parti de gauche nous aspirons à des changements structurels, nous continuons à vouloir changer le monde, travailler à la naissance d'un autre monde. Or pour y arriver, il faut se donner les moyens d’affronter les résistances et les pouvoirs de tous ordres.

C'est là peut-être l'originalité de la voie que nous défendons ici : ne pas minimiser la scène électorale – et par conséquent les espaces que nous réserve encore la démocratie représentative –, mais en même temps ne pas s'y cantonner ou s'y enfermer, en combinant étroitement à l'intervention électorale nécessaire un formidable travail de mobilisation des mouvements sociaux et de la société civile du Québec. Et cela pour nous donner une meilleure prise sur les rapports de force sociopolitiques qui, aujourd'hui, définissent les espaces de liberté et marges de manœuvre de chacun dans la société du Québec.

En fait ce que nous nous employons à constituer et bâtir dans tous les espaces possibles de      pouvoir, c'est un contre-pouvoir alternatif, « un pouvoir contre-hégémonique » susceptible de se faire reconnaître et s'imposer non seulement au parlement, mais aussi dans la société toute entière. Comme une force sociale et politique alternative que l'on peut faire croître progressivement et qui par sa puissance grandissante peut commencer à imposer de véritables ruptures avec les consensus néolibéraux.

Cette force ne pourra s'imposer réellement au parlement et au gouvernement (en constituant par exemple un groupe de personnes députées QS majoritaire au parlement) qu'à la condition qu'elle puisse en même temps s'enraciner dans la société entière. Et ainsi contrebalancer le pouvoir hégémonique des grands groupes financiers et économiques qui aujourd'hui règnent, via le néolibéralisme, pratiquement sans partage.

En même temps, on veillera à l'interne, au sein même du parti, à renforcer partout où cela est possible des mécanismes de démocratie représentative et participative interne, des mécanismes de reddition des comptes. C’est le meilleur rempart afin que QS demeure bien ce projet de transformation sociale tel qu’élaboré collectivement. C’est aussi la seule manière de faire de QS lui-même un parti inclusif, vivant, représentatif de toutes les couches de la société et reflet des aspirations de changement de la société entière.

C'est ce qu'on pourrait appeler la voie de « la rupture démocratique ». Car il n'y aura pas de changements de fond, de changements structurels, sans des ruptures, c'est-à-dire sans des changements de cap importants, des remises en cause radicales des modèles de propriété, de production, de consommation et de développement qui sont les nôtres aujourd'hui.

Mais en même temps, il s’agit de ruptures démocratiques. C'est-à-dire des ruptures qui sont le fait de larges majorités dans la population et qui correspondent à des mouvements de fond de la société entière.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

6. Éviter les pièges des médias de masse

Pour un parti politique qui veut diffuser son  message et augmenter la portée de ses idées, des impératifs d’efficacité obligent à recourir à la communication et à passer par le canal des médias. L’espace médiatique nous impose du coup ses contraintes. Et cet espace structure une bonne partie de l’activité de Québec solidaire entre deux élections. Il est possible de faire un travail médiatique tout en restant fidèle à nos positions, et nos porte-paroles l’ont amplement prouvé: les événements du Printemps érable, le travail de Françoise, Amir, Manon et maintenant Gabriel démontrent que nous sommes capables de défendre notre posture et de venir bousculer l’espace médiatique, de le polariser à gauche, de verbaliser d’autres discours, trop peu entendus dans cet espace-là. Mais il ne faudrait pas oublier que la politique se joue dans un espace défini par les médias, pour la plupart aux mains de grands conglomérats médiatiques privés, avec un biais idéologique prononcé, et que ceux-ci s’en s

Quel pouvoir voulons-nous ?

L’histoire nous enseigne que gagner les élections et former un gouvernement ne suffisent pas pour changer la société. Ces dernières décennies, des partis sociaux-démocrates, puis de gauche radicale, ont eu tendance une fois au gouvernement, à fléchir devant les pressions des acteurs économiques. Ceci les a conduits à abandonner les mesures radicales de leur programme, à recentrer leur message, à poursuivre les plans d’austérité de leurs prédécesseurs, soit malgré eux, ou pire, parce qu’ils ont embrassé la logique néolibérale. L’espoir qu’un autre monde soit possible laisse alors la place au fatalisme. À la lueur de ces expériences, il faut collectivement faire ce constat: il manque dans QS une réflexion sur ce que signifie « prendre le pouvoir ». L’élaboration de notre programme a laissé en suspens une question qu’il faut maintenant ensemble aborder: comment  réaliser notre projet de société dans le contexte des rapports de pouvoir qui traversent le Québec et le monde d’aujourd’hui?

3. Participer aux élections, contre l'électoralisme

Lorsqu’on pense à un parti politique, on pense aux élections et à l’Assemblée nationale. Et avec une victoire électorale en main, on pense gagner le pouvoir. C’est pourquoi un parti politique se concentre avant tout sur le travail électoral. C’est d’ailleurs pourquoi QS a principalement développé ses capacités d’organisation électorale et de communication nationale, plutôt que ses capacités d’intervention et d’action dans les mobilisations en cours. C’est ce choix stratégique qui vide en partie de son sens la fameuse formule du « parti des urnes et de la rue », le plus souvent utilisée comme un slogan sans véritable implication pratique. Il faut admettre que 10 ans consacrés à l’élaboration du programme ont pris beaucoup de notre temps entre les élections. Cela a limité les énergies militantes disponibles pour la réalisation de campagnes politiques de plus grande envergure. Néanmoins, la conception floue dans QS de ce que pourrait être un parti de la rue n’a pas aidé. Différentes visio